L'épinette des Vosges

Notre association

Notre association a été créée en 1998, à Plombières-les-Bains dans le but de vous faire découvrir l’instrument de musique qui nous passionne : l’épinette des Vosges. Elle est le prolongement d'un collectif dont la volonté est de préserver l'épinette des Vosges tant dans sa forme que dans la manière d'en jouer. Car l’épinette n’est pas en voie de disparition mais en voie de déprédation. Depuis plusieurs décennies, une nouvelle lignée d’instruments a vu le jour sous la même appellation sans qu’aucune caractéristique ne les rattache à l’instrument originel que nous valorisons sur ce site. Face à ses dérives, nous avons souhaité réhabiliter l’épinette des Vosges pour ne plus la confondre avec ses nouveaux cousins qui appartiennent eux aussi à la famille des cithares à bourdons.

 

Notre association perpétue ainsi une tradition ininterrompue dans les Vosges méridionales depuis au moins 250 ans. Tout en poursuivant ses recherches sur l’instrument, elle partage sa passion et ses connaissances au travers d’animations, d’expositions et surtout de concerts-conférences où sont présentés l’instrument et son répertoire… et de ce site que nous vous invitons à découvrir.

 

 

Quelques contrevérités concernant l'épinette des Vosges relevées sur la toile et dans diverses publications :

 

On peut distinguer deux variétés d’instruments (pourquoi par trois ou quatre ou cinq ou dix ou 1 par canton ou même par village du temps qu'on y est ? Relisez le dictionnaire de Jacquot si vous avez un doute)

 

L’épinette du Val d'Ajol (pour nous il n'existe pas plus d'épinette du Val d'Ajol que de Fougerolles ou de Bellefontaine … invention ! Certes la plupart des épinettes des Vosges étaient fabriquées au Val d'Ajol comme l'indique clairement Jacquot en 1886 dans son dictionnaire raisonné des instruments de musique ou comme l'atteste la quasi-totalité des épinettes des Vosges de tous les musées à travers le monde ou les seuls témoignages d'avant 1945 ou les cartes postales d'avant 1945, mais ce sont des épinettes des Vosges).

 

L'épinette de Gérardmer (effectivement l'épinette des Hautes Vosges ou de Gérardmer existe, elle a été inventée par les Ménestrels de Gérardmer vers 1960 c'est un modèle déposé à la S.P.A.D.E.M. à Paris  , elle a été inspirée par instrument d'origine et d'époque inconnue à 4 cordes – 17 frettes …)

 

Citée pour la première fois en 1723 (ah ! la fameuse supercherie !!! "Le livre de comptes" : tout d'abord il s'agit d'un document qui relate "l'achat d'épinette fermantes pour apprendre aux escholiers (sic) à toucher de l'orgue" il s'agit plus vraisemblablement d'épinette "clavecin" ! Quand bien même il s'agirait d'une épinette "cithare", le fait qu'un ecclésiastique en achète à Brest, Lille, Marseille ou Gérardmer est-ce que cela peut attester le fait qu'il soit d'un usage courant dans une de ces villes ? )

 

Il est cependant probable quelle soit issue du « Psaltérion » médiéval. (plutôt du scheitholt …)

A propos des épinettes dites de Gérardmer ou des Hautes Vosges elles sont de grande taille (80 cm de longueur environ) plus rustiques et moins bien finies (à notre connaissance, il n'existe pas une seule épinette des Vosges d'origine et d'époque connue avec certitude qui présente ces caractéristiques, il ne s'agit que d'hypothèse et les cas sont, contrairement à ce qu'on peut laisser entendre, très rares et pas forcément dans les Hautes Vosges) . Elles sont, par contre plus variées (et pour cause : des iconoclastes essaye de faire rentrer dans la catégorie épinette des Vosges tout et n'importe quoi, on a essayé d'y faire rentrer un instrument à double frettage chromatique sans bourdons et pour mieux brouiller les pistes on a tenté de nous faire croire qu'il existait à plusieurs exemplaires ; on a même vu des cordes tendues sur un manche à balais avec une caisse de résonance composée d'un bidon d'huile usagé qualifié d'épinette ou un sabot d'enfant sur lequel on avait tendu des cordes intitulé épinette sabot !

 

Ouvrons une parenthèse pour évoquer l'étrange CD Ocora Radio France intitulé "épinette des Vosges" qui ne semble pas contenir un seul morceau joué sur une véritable épinette des Vosges, mais sur des instruments chromatiques vaguement inspirés d'un instrument unique (et pour cause, il s'agit plus vraisemblablement d'un hommel des Flandres) d'origine totalement inconnue et totalement atypique (forme atypique, nombre de corde atypique, système de tension des cordes atypique …) conservé au musée départemental d'Epinal que l'on a qualifié par erreur à une époque d'épinette des Vosges et que l'on nous sert à toutes les sauces, notamment en couverture du CD de Radio France … cela a vaguement la forme d'un dulcimer ce qui fait qu'il y a des personnes peu respectueuses de notre patrimoine qui suggèrent de bannir le terme épinette des Vosges au profit du terme dulcimer des Vosges.

 

La vogue renaît après 1945 ( l'épinette des Vosges n'a pas cessé de vivre dans les Vosges méridionales à travers Laure GRAVIER, Cécile MANENS, Augustine DUVAL, Maurice BARBEAU, Louis HENRY, Auguste GRISON (qui en fabriquait pendant la première guerre mondiale en captivité) par exemple ; on peut mener une enquête, j'ai la conviction que nous n'aurons aucun mal à retrouver des dizaines de personnes qui jouaient de l'épinette des Vosges dans le canton de Plombières entre 1900 et 1945).

 

On joue de l’épinette le plus souvent assis (faux : c'est toujours assis que l'on joue de l'épinette des Vosges comme l'indique plusieurs méthodes dont celle d'Amé LAMBERT ou encore le témoigne de De Mengin Fondragon ; quelques iconoclastes tentent de nous faire croire que l'épinette des Vosges se joue de la même manière que le dulcimer !)

 

L’instrument reposant sur les genoux ou sur une table (faux encore une fois : c'est toujours sur une table que l'on joue de l'épinette des Vosges comme l'indique plusieurs méthodes dont celle d'Amé LAMBERT, de plus si l'on jouait sur les genoux, à quoi serviraient les clous plantés vous les véritables épinettes de Vosges ?)

 

On en joue de la main gauche avec les doigts ou un bâtonnet en bois (faux encore une fois : c'est toujours avec un bâtonnet en bois (le plus souvent un morceau de roseau) que l'on joue de l'épinette des Vosges comme l'indique plusieurs méthodes dont celle d'Amé LAMBERT ou encore le témoigne de De Mengin Fondragon ? encore une fois quelques iconoclastes tentent de nous faire croire que l'épinette des Vosges peut être chromatique et se joue de la même manière que le dulcimer !)

 

 

Nos prestations    Nos projets    Galerie de photos    Discographie

 

L'épinette des Vosges c'est aussi un peu son président Pierre DUVAL et ses pages personnelles… 

Retour au sommaire